Chapelle de la Visitation Sainte-Marie

Contenu de la page : Chapelle de la Visitation Sainte-Marie

Une Crestoise très pieuse, Mlle Bachasson, est à l’origine de la fondation de ce couvent de l’Ordre des Visitandines. En 1628, Mlle de Saint Jean, tante de Mlle Bachasson, donne aux sœurs sa maison du « Haut Rochefort » afin d’agrandir le couvent. Dans les années 1670, l’édifice tombant en ruine, Mme de Changy, petite nièce par alliance de Mme de Chantal (fondatrice de l’Ordre des Visitandines), décida d’en construire un nouveau sur son propre terrain. Les pierres de taille formant les façades proviennent en majeure partie du château féodal des Seigneurs de Poitiers. La construction se termina rapidement en 1673.
En 1789, les Sœurs furent dépossédées de tous leurs biens et chassées par la Révolution. La Ville fit ensuite l’acquisition de ce couvent et y transféra les activités de l’hôpital, jusqu’alors implanté depuis 1587 sur la rive droite de la Drôme, en aval du pont, face à la place de la Halle au Blé.
La chapelle du couvent, dite chapelle de la Visitation Sainte-Marie, fut construite entièrement en pierre de taille gris clair. Sa façade, inscrite au titre des Monuments Historiques depuis 1981, est ornée de pilastres surmontés de chapiteaux, soutenant un fronton avec deux anges ainsi qu’une niche abritant une statue de la Vierge à l’enfant. La façade se termine par un larmier en bois et deux fenêtres rondes.

Appel aux donateurs

Lors des Journées Européennes du Patrimoine 2016, la Ville a présenté un important projet de restauration de la façade. Ce programme, établi en concertation avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles, reçoit l’assistance de l’architecte Renzo Wieder, spécialisé dans la restauration du patrimoine local.

Pour mener à bien les travaux, la Ville a lancé une campagne de mobilisation du mécénat populaire. Une souscription publique est ouverte en partenariat avec la Fondation du Patrimoine. Tout don ouvre droit à des déductions fiscales pouvant aller jusqu’à 75 %.
Pour en savoir plus, cliquez ici.