Pont Frédéric Mistral

Contenu de la page : Pont Frédéric Mistral

Selon le livre d’André Mailhet La Vallée de la Drôme. Histoire de la ville de Crest, datant de 1900, à l’origine le pont était en bois et reposait sur de larges massifs de maçonnerie régulièrement espacés. Mais la violence des eaux force les Poitiers à lui substituer un pont en pierre bâti en dos d’âne et portant au milieu une bâtisse, "aménagée, soit pour intercepter le passage des ennemis, soit pour percevoir la leyde (impôt sur les marchandises denrées et bestiaux vendus sur les marchés) due aux comte de Valentinois. Il en est parlé dans le traité du 5 avril 1307 passé entre Aymar VI et Guillaume de Roussillon."

Le 24 juin 1940 le pont de pierre à cinq arches est détruit sur instruction de l’État Major Régional de l’Armée française pour stopper l’avancée de l’armée allemande. Une passerelle en bois est alors construite par le 4e régiment du Génie. En 1943 un nouveau pont de pierre, comptant cette fois-ci trois arches, voit le jour. Sa reconstruction est effectuée par l’entreprise Hervé Aubert de Valence.