Spécialités crestoises

Contenu de la page : Spécialités crestoises

La Défarde Crestoise

La Défarde Crestoise

La Défarde est sans conteste la spécialité culinaire la plus significative de Crest et sa vallée. Sa recette, imaginée il y a plus d’un siècle, est aujourd’hui encore cuisinée et appréciée. Elle révèle les caractéristiques culinaires d’une époque. En tant que plat de tripes, la défarde crestoise se caractérise par l’utilisation exclusive de tripes d’agneaux (roulées en paquet) et de quelques pieds d’agneaux (ou de veaux) pour rendre la sauce plus onctueuse. Ensuite quelques tomates fraîches viennent discrètement la parfumer, mais ce sont surtout les carottes qui lui donnent sa couleur. Le mot "défarde" fait référence, d’après la connaissance encyclopédique du début du XXe siècle, aux pieds, ventre, foie et entrailles du veau. Manifestement, nos cuisiniers locaux, ne disposant pas de veaux dans la région, eurent l’idée de composer une préparation culinaire à base d’agneaux. Selon la tradition, nous devons la recette à feu le chef-cuisinier Lagier d’Eurre, qui fut le doyen des cuisiniers de la Drôme en 1935. Il la tenait lui même de la mère Barruyer, puis nous a été transmise par le chef Gontran Rochat, ancien propriétaire du Grand-Hôtel, de 1932 à 1953. Plus récemment, la maison Le Squer, dirigée par Jacky, a défendu et transmise pendant de nombreuses années l’héritage de la recette et ses préparations. Certains établissements de Crest vous la proposent toute l’année ou plus ponctuellement et la commune compte même depuis 2014 une "Maison de la Défarde".

La Défarde républicaine

Chaque année le 14 juillet, la Ville propose un grand banquet en plein air permettant de découvrir la spécialité. Ce repas est ouvert à tous sur réservation. Le traditionnel bal du 14 juillet prolonge les plaisirs de cette agréable soirée d’été.

Vous souhaitez participer à la Défarde Républicaine ? Cliquez ici !

La confrérie de la Défarde Crestoise

On en parle dans la presse en juin 1992, mais déjà, entre 1985 et 1990, Gilles Rabois, qui a quelques talents de dessinateur, avait fait des esquisses de costumes. Jean Chaffois, alors trésorier du comité des fêtes et Jean Pellier s’en préoccupent…et les années passèrent. Jusqu’au lundi 13 décembre 2004 lorsqu’à l’initiative de l’un des leurs, quatre Crestois, actifs dans le domaine associatif et festif, se retrouvent pour (re)constituer une assemblée de passionnés : la « Confrérie de la défarde Crestoise » voit le jour. De page en page, de "chapitre" en "chapitre" (le 1er chapitre eut lieu le 16 septembre 2005), la Confrérie de la Défarde s’attache à perpétuer une tradition culinaire, locale, pittoresque. Vêtus d’apparat, les membres de la Confrérie s’inscrivent dans l’animation de la ville. On peut les voir chaque année lors de la Fête de la Saint-Ferréol, au cours de laquelle un concours de préparation de défarde est notamment organisé. Invités d’honneur lors de la Défarde républicaine, ils intronisent de nouveaux membres à l’occasion de chaque nouveau "Chapitre", qui marque la reconnaissance et la transmission d’un savoir.

Le concours de Défarde

À l’intiative du docteur Maurice Rozier (maire de Crest de 1971 à 1983), la première édition du désormais célèbre concours, se déroule en 1982, en clôture des festivités de la Saint-Ferréol. Beaucoup de professionnels et de particuliers ont participé depuis aux différentes éditions du concours, au cours duquel ils présent leur plat devant les membres d’un jury de citoyens bien avisés. Charge à chaque juré de noter à part égale l’aspect, le goût, le respect de la tradition et d’établir une note personnelle !

La Couve Crestoise

Datant du début du XVIIIe siècle, à l’origine provençale, ce « sablé » est un gâteau servi traditionnellement pour Pâques. La couve tire son nom de sa forme : un nid de poule avec ses œufs. C’est une galette épaisse d’environ 2 cm, sans aucune levure, où des boules de pâte ont été ajoutées : au centre pour simuler la poule et tout autour pour reproduire les œufs. On la dégustera à tout moment. Elle fera le régal des enfants au goûter, ou terminera agréablement un repas, accompagnée d’une clairette tradition de Die, pétillante et fruitée. Il semblerait que la Couve ait inspiré la recette du Suisse de Valence.

26 recettes de Crest et de la Vallée de la Drôme

Les recettes {PNG} Un document édité par la Ville avec le concours de professionnels de bouche crestois propose de découvrir ou re-découvrir 26 recettes de Crest et de la Vallée de la Drôme. Connues ou moins connues, faciles ou difficiles, elle permettront aux cordons bleues de ravir leur convives. Demandez-le en mairie ou téléchargez chacun des chapitres ci-contre !

Adresses utiles

associations

Confrérie de la Défarde Crestoise

Télécharger la Vcard
  • Jean-Louis BRUN
  • Work04 75 40 62 57
    • 10 rue des Porterons
    • 26400 CREST
  • Détails, horaires

    Promouvoir la défarde crestoise. Mettre en valeur cette tradition culinaire crestoise en participant à différentes manifestations de prestige et plus particulièrement aux festivités comportant un repas avec cette préparation. Concours dans le cadre des fêtes de Saint Férreol. Chapitre magistral en mai/juin
  • Localiser

Téléchargements

Les fromages décembre 2008 PDF - 423.1 ko
Télécharger
Les desserts décembre 2008 PDF - 1.9 Mo
Télécharger
Les entrées décembre 2008 PDF - 497.6 ko
Télécharger
Les plats décembre 2008 PDF - 1.3 Mo
Télécharger